Confection d'un marteau de guerre

La confection d'un marteau de guerre est un peu plus difficile que l'épée, mais donne d'excellents résultats. Le gros secret de la technique est l'utilisation d'éponges. Le marteau étant presque une arme de pointe à cause de la façon qu'il percute la cible, il faut être prudent et utiliser un matériau qui contient beaucoup d'air pour amortir l'impact. L'éponge répond parfaitement à ces critères.

Matériel nécessaire
  • Un tuyau de PVC (épaisseur selon vos préférences)
  • Des isolants à tuyau correspondant à votre PVC.
  • Des éponges
  • Du duct tape
  • Du carton épais
  • Des ciseaux
  • Des matériaux pour couvrir votre poignée à votre goût.

Confection

Étape 1: la structure

La première étape consiste à faire la structure même du marteau. Pour ce faire on découpe du PVC à la longueur désirée pour le manche. Puis, on fixe à ce morceau, deux plus petits. Le premier servira à empêcher la tête du marteau de tourner autour du manche en l'ancrant sous deux axes. Cela empêche également la tête de décrocher. Le second servira à installer un bout décoratif qui fait le charme du marteau de guerre. Ce second bout pourrait servir à mettre une seconde tête pour les ambitieux. Pour fixer le tout, on utilise la bonne vieille méthode de l'enrubannage("tapage") serré.

Une fois que les PVC sont fixés, on ajoute un petit morceau de carton de la même largeur que le pvc mais plus long, de manière à ce qu'il dépasse de chaque côté. On le fixe avec du tape.Puis on coiffe le tout d'un petit morceau de mousse isolante. Ce système carton/mousse isolante sert à empècher le PVC de percer la mousse lors de l'impact, un bris fréquent sur ce genre d'arme.

Étape 2: le bout percutant

Ensuite on s'attaque à la fabrication de la tête. Pour ce faire, nous allons utiliser 4 éponges dont nous sculpterons la forme plus tard. On place deux de ces éponges fixées ensemble par un petit tape sur le plancher. Puis on dépose le bout qui recevra la tête dessus. Puis on met deux autres éponges par dessus, de façon à former un gros prisme bien droit. On écrase délicatement ensemble les éponges(n'oubliez pas qu'on veut que le bout soit carré alors ne l'écrasez pas trop) et on fixe les éponges ensemble avec du tape(un tour peu serré).

Étape 3: La tête deuxième partie

Pour la suite, fixons le bout percutant et complétons le design de la tête. On enserre d'abord l'extrémité du bout percutant à la croix de la structure en passant du tape. Pour cette partie là, on ne se soucie pas trop du carré puisque cette partie de la tête est supposée rapetisser progressivement. Ensuite, on découpe des morceau d'isolant pour couvrir les trois autres axes de la croix de PVC. On prend soin de les laisser un peu plus long que le tube(environ 2 cm) pour protéger contre les accidents. Puis pour couvrir le segment central de la croix, on découpe un demi morceau de mousse isolante qu'on colle dans le sens du manche afin de créer l'illusion d'un manche continu.

Étape 4: Pointes

Pour faire les deux pointes(haut et derrière), on fait la même technique. D'abord, on fixe les mousses avec du tape. Il faut prendre soin de bien taper les jonctions entre les morceaux. Surtout la tête percutante doit être fixée aux autres morceau avec des tapes contournant dans les angles. Ensuite on découpe un petit biseau(image 2) dans la fente de l'isolant des futures pointes. On ramène ensuite les deux extrémités et on tape solidement pour faire une pointe.

Étape 5: Poignée manche et finition

Pour faire la poignée, consultez la section sur les poignées. Avant de faire la poignée, il convient de faire un manche et un pommeau. Simplement poser une mousse à la longueur désirée et faire de même pour le pommeau(première photo, oui mon PVC est or, il est recyclé, imaginez qu'il est blanc...). Puis, taper l'arme en entier tranquillement, sans mettre de pression. Et voilà, vous êtes prêts à planter des clous ou des crânes, à votre convenance !

 


 

© Conflits Éternels 1999-2015 - Tous droits réservés.
Conflits Éternels est un jeu de rôle grandeur nature. Il est d'inspiration médiévale, avec un peu
d'éléments normalement associés à la renaissance. Tout ceci avec une bonne dose de fantastique.